Marrons nous (3) : les étrennes

Bridget Kyoto, une nouvelle série délicieuse, que je viens de découvrir ce matin. A  savourer sans modération

L’occasion de vous souhaiter

une belle année

deux mille douce

remplie d’humour

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=lbxexMb06iA&feature=share[/youtube]

Marrons nous (2) : petits plaisirs de fin d’année morose

Voici ma sélection très officielle et très personnelle d’outils de sensibilisation au DD conviant avec bonheur l’humour. En cette fin d’année

Dans la catégorie Vidéo de sensibilisation, Billy et Willy pour les Mountains Riders

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xc0sfo_billy-willy-2-ski-snow_news?start=2#from=embed[/dailymotion]

Dans la catégorie bédé :
Cyril Pedrosa pour ses 2 Auto BIO : article sur greenselipar.fr ,


l’incontournable Reiser que les éditions 
Glénat ont réédité l’année dernière;

L’actualité de Monsieur Patate dessiné par Martine Vidberg qui n’aime pas qu’on le culpabilise.

Nos voisins Suisses Plonk et Replonk dont certaines des cartes postales frisent le génie (ancien métier disparu) 

Dans la catégorie sensibilisation en live je vous recommande :

  • A Nous de jouer qui propose de casser les tabous du DD avec ses Seynètes en entreprises ou lors de colloques et réunions aux sommets.
  • Et les Bataclowns qui sont les champions de la vulgarisation en direct-life du DD ou (tout autre sujet jargonisant). J’ai eu la chance d’assister à 3 reprises à leurs clown-analyses : c’est beaucoup plus efficace que les interventions prétentieuses et ampoulées de certains pseudo-experts.[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xe4dh7_les-clowns-analystes-impro-adaptee_creation?start=162#from=embed[/dailymotion]

Dans la catégorie communication de collectivité locale (manque d’humour de ce côté là), La campagne de Com pour  le tri des déchets mise en place par la METRO et dans le panneau de laquelle de nombreux internautes sont tombés : de Super TITI à Super TRI

Dans la catégorie ONG,  je l’avoue,  j’ai un faible pour l’auto-dérision et je me bidonne avec :

  • les gestes pour la planète d’Omar et Fred (désolée pour la pub)

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdxek1_omar-et-fred-utiliser-moins-de-chau_fun#rel-page-1[/dailymotion]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=UeVP6I4FDpg&feature=share[/youtube]

Les anglo-saxons également sont très forts sur ce sujet et certaines perles sont visibles sur le site dothegreenthing.com . J’aime beaucoup le Climate Kid [vimeo]http://vimeo.com/20746889[/vimeo]

Le problème dans tout cela c’est que l’humour est tellement divers qu’il est difficile de faire l’unanimité et de ne pas tomber dans la caricature facile et grossière.

Billet d’Automne : Marrons nous (1)

L’Ademe a mis en ligne fin septembre 2011 les résultats d’une étude sur l’usage dans la communication de  « l’humour au service du DD ».

L’humour disséqué en quatre par le groupement Kantar Media – TNS Sofres est schématisé dans un graphe très sérieux qui rassurera nos esprits cartésiens et probablement nos clients souvent effrayés par l’entrée de l’humour dans un sujet aussi sérieux que le DD.

Bonne nouvelle donc, puisque l’humour a – enfin – son permis de séjour dans le DD : son efficacité dans la communication du DD est reconnue. Ouf cela fait plus de 15 ans que j’attendais cela. Maintenant j’ai des arguments qui sont construits sur une étude solide et en plus sur un panel d’expert de 5 hommes. Pas de souci, l’humour gras et lourd n’est pas dans la liste. Les vertus de l’humour- si jamais nous avions besoin d’une étude pour nous le rappeler – ou nous rassurer sont de dédramatiser, de provoquer de l’émotion positive, de la connivence tout en étant au service de la pédagogie.  C’est pas beautiful ça ? (Oncle Tom dans les têtes à claques)

Attention cependant à la manière dont on en use.

Quelques règles de bon sens à rappeler :

  • rester modeste (attention à l’humour savant ou condescendant qui exclut),
  • ne pas culpabiliser – arrêtons la communication « c’est pas bien » (illustration patate),
  • adapter l’humour à la cible (stop à l’humour infantilisant et débilisant) (où ai-je vu cela déjà ?).

Des suggestions pour la deuxième phase de l’étude si elle est envisagée :

1- analyser la notion de plaisir – celui là on a du mal. 2- Elargir les points de vues d’expert à la moitié féminine de la société – comment valider une étude qui s’appuie sur un panel d’experts 100% masculin ? 3- Etudier les vecteurs de la communication humoristique dans le DD et leur impacts : images, Bédé, vidéo, face à face, mise en situation (jeu de rôle), web 2.0 ou 3.0,  théâtre… il n’y a pas que de la pub dans la com, il n’y a pas que de la vidéo non plus. 4- Regarder plus en profonduer comment les pays émergents qui ne manquent pas d’humour s’emparent du sujet.

En attendant cette suite, merci l’Ademe, maintenant j’ai des données sérieuses pour rassurer mes clients.

Voici le lien d’Adwiser qui a collaboré à l’étude et qui vous conduira jusqu’à elle : ici

Ma synthèse de la synthèse humour et com DD

Ma modeste sélection de petits plaisirs moins visibles que les grandes campagnes de pub mais tout aussi efficaces dans cet article