Métiers d’avenir : futur proche ou futur antérieur?

Le magazine Terra Eco a publié en novembre 2011 un numéro spécial « 100 métiers d’avenir-Trouvez un emploi dans l’économie verte », avec le soutient de  l’ADEME . Il est téléchargeable sur le site M ta TERRE  de l’ADEME, dédié aux jeunes ici .

Le titre d’accroche ultra-optimiste « contre la crise- la planète recrute »  ne m’empêchera pas de douter : j’aimerais voir les statistiques d’emploi des étudiants issus des innombrables Masters en DD créés par les écoles de commerce. J’en croise chaque jour qui sont devenus consultants DD, plus par défaut de recrutement que par vocation. Ces métiers, déjà qualifiés « d’avenir », il y a 10 ans ont hélas bien du mal à intégrer le présent (lire l’article en page 13 plus réaliste).

Pour vos enfants, vous pouvez aussi consulter d’autres liens sur les métiers de l’environnement et du DD, également disponibles dans la rubrique orientation-métiers de M ta TERRE.

la petite vendeuse d'uranium plonk et replonk

La petite vendeuse d’uranium est visible dans la rubrique « carte postales » / Les métiers d’antan chez http://www.plonkreplonk.ch/

 

Marrons nous (2) : petits plaisirs de fin d’année morose

Voici ma sélection très officielle et très personnelle d’outils de sensibilisation au DD conviant avec bonheur l’humour. En cette fin d’année

Dans la catégorie Vidéo de sensibilisation, Billy et Willy pour les Mountains Riders

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xc0sfo_billy-willy-2-ski-snow_news?start=2#from=embed[/dailymotion]

Dans la catégorie bédé :
Cyril Pedrosa pour ses 2 Auto BIO : article sur greenselipar.fr ,


l’incontournable Reiser que les éditions 
Glénat ont réédité l’année dernière;

L’actualité de Monsieur Patate dessiné par Martine Vidberg qui n’aime pas qu’on le culpabilise.

Nos voisins Suisses Plonk et Replonk dont certaines des cartes postales frisent le génie (ancien métier disparu) 

Dans la catégorie sensibilisation en live je vous recommande :

  • A Nous de jouer qui propose de casser les tabous du DD avec ses Seynètes en entreprises ou lors de colloques et réunions aux sommets.
  • Et les Bataclowns qui sont les champions de la vulgarisation en direct-life du DD ou (tout autre sujet jargonisant). J’ai eu la chance d’assister à 3 reprises à leurs clown-analyses : c’est beaucoup plus efficace que les interventions prétentieuses et ampoulées de certains pseudo-experts.[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xe4dh7_les-clowns-analystes-impro-adaptee_creation?start=162#from=embed[/dailymotion]

Dans la catégorie communication de collectivité locale (manque d’humour de ce côté là), La campagne de Com pour  le tri des déchets mise en place par la METRO et dans le panneau de laquelle de nombreux internautes sont tombés : de Super TITI à Super TRI

Dans la catégorie ONG,  je l’avoue,  j’ai un faible pour l’auto-dérision et je me bidonne avec :

  • les gestes pour la planète d’Omar et Fred (désolée pour la pub)

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xdxek1_omar-et-fred-utiliser-moins-de-chau_fun#rel-page-1[/dailymotion]

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=UeVP6I4FDpg&feature=share[/youtube]

Les anglo-saxons également sont très forts sur ce sujet et certaines perles sont visibles sur le site dothegreenthing.com . J’aime beaucoup le Climate Kid [vimeo]http://vimeo.com/20746889[/vimeo]

Le problème dans tout cela c’est que l’humour est tellement divers qu’il est difficile de faire l’unanimité et de ne pas tomber dans la caricature facile et grossière.

News: l’open-data ouvre l’accès aux données publiques

Lundi 5 décembre a été lancé le portail unique interministériel des données publiques data.gouv.fr. Cette initiative déjà engagée par des collectivités territoriales comme Rennes, Toulouse, la Communauté Urbaine de Bordeaux, s’inscrit dans un mouvement politique et citoyen pour plus de transparence des administrations.

En rendant accessible des données publiques non personnelles, les collectivités engagées dans ce mouvement souhaitent d’une part répondre à la demande citoyenne d’accès aux informations publiques, et visent à générer innovations et développement économique.

Pour le citoyen c’est une opportunité pour accéder à des informations facilitant sa vie quotidienne : liste, cartographie, caractéristiques et disponibilité  des équipements et services publics (parkings relais dans son agglomération, points de collecte sélective, hôpitaux publics..), qualité de l’air, état du trafic…à condition que ces données soient disponibles, collectées, organisées et mises à jour par la collectivité responsable de l’open data. A condition aussi que les données soient accessibles dans un format « open source » et compréhensible par le citoyen profane.

Pour les chercheurs, entrepreneurs, développeurs ces données en libre accès peuvent donner naissance à de nouveaux services et applications notamment pour des outils web et de géo-localisation.

Certains dont l’accès privilégié à l’information ou sa commercialisation ont fait la notoriété ou la fortune ne seront pas contents.

Pour les praticiens du DD, c’est une très bonne nouvelle et cela laisse présager des possibilités d’innovation, véritables leviers du DD des territoires.

Des articles pour y voir plus clair : sur le site du gouvernement ; article du monde du 5 déc.2011 « l’open data ouvre son portail officiel en France »; le dossier consacré à l’open data dans la Gazette des Communes.

Billet d’Automne : Marrons nous (1)

L’Ademe a mis en ligne fin septembre 2011 les résultats d’une étude sur l’usage dans la communication de  « l’humour au service du DD ».

L’humour disséqué en quatre par le groupement Kantar Media – TNS Sofres est schématisé dans un graphe très sérieux qui rassurera nos esprits cartésiens et probablement nos clients souvent effrayés par l’entrée de l’humour dans un sujet aussi sérieux que le DD.

Bonne nouvelle donc, puisque l’humour a – enfin – son permis de séjour dans le DD : son efficacité dans la communication du DD est reconnue. Ouf cela fait plus de 15 ans que j’attendais cela. Maintenant j’ai des arguments qui sont construits sur une étude solide et en plus sur un panel d’expert de 5 hommes. Pas de souci, l’humour gras et lourd n’est pas dans la liste. Les vertus de l’humour- si jamais nous avions besoin d’une étude pour nous le rappeler – ou nous rassurer sont de dédramatiser, de provoquer de l’émotion positive, de la connivence tout en étant au service de la pédagogie.  C’est pas beautiful ça ? (Oncle Tom dans les têtes à claques)

Attention cependant à la manière dont on en use.

Quelques règles de bon sens à rappeler :

  • rester modeste (attention à l’humour savant ou condescendant qui exclut),
  • ne pas culpabiliser – arrêtons la communication « c’est pas bien » (illustration patate),
  • adapter l’humour à la cible (stop à l’humour infantilisant et débilisant) (où ai-je vu cela déjà ?).

Des suggestions pour la deuxième phase de l’étude si elle est envisagée :

1- analyser la notion de plaisir – celui là on a du mal. 2- Elargir les points de vues d’expert à la moitié féminine de la société – comment valider une étude qui s’appuie sur un panel d’experts 100% masculin ? 3- Etudier les vecteurs de la communication humoristique dans le DD et leur impacts : images, Bédé, vidéo, face à face, mise en situation (jeu de rôle), web 2.0 ou 3.0,  théâtre… il n’y a pas que de la pub dans la com, il n’y a pas que de la vidéo non plus. 4- Regarder plus en profonduer comment les pays émergents qui ne manquent pas d’humour s’emparent du sujet.

En attendant cette suite, merci l’Ademe, maintenant j’ai des données sérieuses pour rassurer mes clients.

Voici le lien d’Adwiser qui a collaboré à l’étude et qui vous conduira jusqu’à elle : ici

Ma synthèse de la synthèse humour et com DD

Ma modeste sélection de petits plaisirs moins visibles que les grandes campagnes de pub mais tout aussi efficaces dans cet article 

 

Agenda : ça se passe à Grenoble, RDV le 15 Décembre 2011 au septième « Café chez DD »

Le C3D devenu une association en avril 2011, organise son septième Café chez DD le jeudi 15 décembre 2011 au restaurant d’entreprise OChêne à Inovallée, Meylan.
Le C3D qui est plus ouvert qu’un simple club, vise le partage des bonnes pratiques professionnelles du DD et s’adresse à toutes les personnes physiques intéressées par le DD.
Il a la particularité de regrouper des professionnels du monde de l’entreprise, de la recherche, des collectivités et des services autour du DD.
Pour la première fois le rendez vous du « Café Chez DD » a lieu à Grenoble. Une belle occasion d’ouvrir son réseau.
Informations et inscriptions sur le site du C3D.

Le DD en marche : ISO 26000 en Midi Pyrénées

J’ai participé le 22 novembre 2011, au Colloque « ISO 26000: un an après« ,  organisé par le Club des dirigeants durables de Midi-Pyrénées et le CHEE & DD (Collège des Hautes Etudes en développement durable) en collaboration avec  la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Région Midi-Pyrénées.

Les interventions remarquablement animées par Valérie Portarrieu visaient le partage des premières bonnes pratiques régionales. Programme en suivant le lien ici.

Ce que j’ai retenu de cet après midi :

1- Des réseaux d’acteurs économiques du DD se sont constitués en 2010 et 2011, impulsés notamment par la CRCI :

  • le Club des Dirigeants Durables lancé en février 2011, qui réunit des PME engagés dans une démarche ISO 26000
  • le CHEE & DD qui propose un cycle de formation au DD à destination des responsables d’entreprises et de collectivités locales
  • le Club Midi-Pyrénées, M2D du Conseil en management du DD qui s’est créé dans la continuité de l’opération d’accompagnement des entreprises au DD.

2- Chacune des entreprises témoins  reconnait des bénéfices considérables à la démarche ISO 26000, notamment

  • apport de cohérence et de formalisation quand une politique DD était déjà existante
  • apport d’une méthodologie solide pour construire la stratégie DD d’une entreprise
  • apport de visibilité et de lisibilité en terme de DD en interne et en externe.

3- Les limites d’une démarche qui n’est pas certifiable :

  • des démarches d’évaluation et de labellisation portées par des organismes privés qui risquent de réduire la portée de l’ISO-26000 à ce qui est le plus facile à quantifier.
  • des risques d’usurpation de la norme par des entreprises (à l’instar de ce qui se fait pour greenwashing).
  • la difficulté aujourd’hui de valoriser et de contrôler l’engagement des entreprises dans l’ISO 26000 dans les passations de marchés.

4- L’ISO 26000 doit être considéré comme une opportunité pour créer une dynamique de partenariat territorial entre les entreprises et collectivités territoriales.

5- Un an après, il est encore trop tôt pour tirer des premières conclusions. Cependant C.Brodhag – que j’ai toujours autant plaisir à écouter – invite les acteurs du DD à construire des « lieux » pour que les institutions et les acteurs économiques se rencontrent et construisent ensemble les outils de la mise en pratique de l’ISO 26000, par l’entrée territoriale et/ou par les filières professionnelles.

Je lui laisse le mot de la fin, rapporté par Touléco GreenBusiness.

Les interventions sont en ligne sur le site de la CRCI.

D’Est en Ouest : pour suivre l’actu ISO 26000 (indépendante) en Rhône-Alpes inscrivez vous sur la plateforme d’Agora 21 dédiée.

Pour une première évaluation de votre entreprise une grille est mise au banc d’essai Diag 26000

 

Actu Tourisme durable : trophées du tourisme responsable 2011

Des professionnels du tourisme durable nominés (trop peu étant donné le potentiel) : voir sur greenselipar.fr

« page présidente